On ne le dira jamais assez mais l’os, bien que solide, est un tissu. Comme tous les tissus de notre organisme, il est donc sujet à encrassement, cet encrassement qui est l’ennemi n°1 de tout bon naturopathe ! Ainsi pour soigner ses os, il faut à tout prix éviter la sédentarité. Mouvement, soleil, bonne alimentation et drainage sont, pour l’os comme pour le reste de notre corps, les piliers de la bonne santé. Finalement, l’os est un témoin de notre hygiène de vie globale.

D’un point de vue symbolique, l’os est relié à la notion de structure, aux croyances fondatrices, aux lois et principes, à l’autorité. Un problème aux os peut être lié à ces aspects plus émotionnels de notre existence.

Il nous faut aussi revenir, dans ce préambule, sur l’une des grandes idées reçues en matière d’alimentation : le rôle des produits laitiers. Ces derniers ne sont pas les aliments miracles de la lutte contre l’ostéoporose, car s’ils contiennent certes du calcium, celui-ci n’est pas toujours assimilable. Plus encore, les produits laitiers sont à l’origine de « fuites » de calcium car ils contribuent à l’acidification du terrain.

Pour bichonner son système osseux, on cherchera donc plutôt le calcium dans les aliments suivants :
– les poissons gras (sardines, maquereaux, etc.)
– les oléagineux (noix, noisettes, amandes, etc.) : protégés par une coque lisse, ils sont secs à l’état naturel. Ils contiennent en moyenne 50% de lipides et regorgent de sels minéraux, oligo-éléments, vitamines, fibres. Comme dans les huiles qui en sont extraites, les lipides des fruits secs sont bénéfiques car riches en acides gras insaturés.
– les légumes secs
– les choux et brocolis
– les dérivés du soja : Le soja est une plante de la famille des légumineuses, comme les pois ou les haricots secs, aux nombreuses vertus pour l’homme. Sa graine est particulièrement concentrée en protéines, environ 40 %, et la composition de ces dernières se rapproche des protéines de la viande et des produits laitiers. Les graisses du soja, majoritairement insaturées, fournissent des acides gras essentiels. Ces derniers sont notamment impliqués dans la structure des cellules nerveuses. Par ailleurs, le soja ne contient pas de cholestérol. Mieux, il serait susceptible d’abaisser un taux de cholestérol trop élevé, grâce à ces différents constituants : graisses insaturées, fibres, et sans doute ses protéines. Le soja contient également des molécules spécifiques appelées isoflavones ou phytoestrogènes. Ces substances ont une structure semblable aux oestrogènes humains et possèdent une légère activité hormonale. Grâce à cette spécificité, elles sont particulièrement utiles pour les femmes ménopausées.
– des protéines choisies : œuf, poissons, volailles

On évitera à l’inverse tous les aliments acidifiants : viandes, fromages, céréales et sucres raffinés.

Certaines plantes, connues pour leur action reminéralisante, seront particulièrement intéressantes pour nos os.

La première est le Bambou. Remède naturel du sud de l’Inde et du Bengale, le bambou est reconnu depuis longtemps comme traitement de la charpente humaine. Il reminéralise le cartilage, les ongles et les cheveux, traite l’ostéoporose, les tendinites et les douleurs articulaires en général, sans oublier son action spécifique sur la colonne vertébrale. On utilise principalement l‘exsudat résineux du bambou qui est extrêmement riche en silice.

Tout comme le bambou, la Prêle est une plante très reminéralisante, riche en silice, recommandée dans les problèmes osseux. La Consoude quant à elle, est comme son nom l’indique indiquée en cas de fracture.

Valnet de son côté recommande le Noyer en bains pour les maladies osseuses, le Thym et le Romarin, en raison de leur action tonifiante et stimulante, contre le rachitisme.

Enfin il ne faut pas oublier les Algues, auxquelles nous consacrerons bientôt un post en raison de leurs nombreuses vertus. D’ici là, profitez bien du soleil, bénéfique pour la synthèse de la vitamine D !