La Mémoire

Amis lecteurs, on ne doute pas que vous ayez une excellente mémoire  😉 Ceci étant, si vous avez parfois l’impression que votre cerveau – ou celui de vos proches … – tourne au ralenti, les quelques lignes suivantes pourront vous donner des pistes utiles.

Les troubles de mémoire chez l’enfant, l’adolescent et l’adulte sont liées à 3 causes essentielles : le surmenage, l’anxiété et les déficits en vitamines du groupe B.
L’anxiété et le surmenage tout d’abord, en plus des conséquences mentales que l’on connaît, épuisent nos réserves en magnésium, un des carburants phares du cerveau, qui agit notamment comme un régulateur de stress.
Les vitamines du groupe B par ailleurs, notamment les B6, 9 et 12, sont indispensables à la fabrication des neurotransmetteurs du cerveau. On constate aujourd’hui de nombreuses carences en B6 qui est très fortement utilisée par le stress, les hormones sexuelles, les additifs, etc. Avec l’âge, les capacités d’absorption ont de plus tendance à diminuer.

Chez les seniors justement, le vieillissement cérébral entraîne bien souvent un déficit en choline, ce nutriment nécessaire à la fabrication de l’acétylcholine, neurotransmetteur qui entre dans les mécanismes de mémorisation. On trouve notamment de la choline dans les lécithines (soja, oeufs).

Enfin les acides gras essentiels, et en particulier les Oméga 3, sont eux aussi des nutriments essentiels du cerveau. Notre alimentation occidentale a plutôt tendance à contenir trop d’Oméga 6, et pas assez d’Oméga 3. On trouve ces derniers entre autres dans l’huile de colza, qu’il faut réinviter au quotidien dans nos vinaigrettes et autres assaisonements. L’huile de noix, en plus d’être très savoureuse, est aussi intéressante pour l’équilibre Oméga 3 / 6 qu’elle présente. S’ils nourrissent le cerveau, les Oméga 3 favorisent également la circulation et permettraient de réduire les accidents cardio-vasculaires.

D’ailleurs la circulation, en particulier cérébrale, joue un rôle phare dans les troubles de la mémoire, car l’oxygénation est primordiale pour le bon fonctionnement du cerveau. D’où l’importance ici encore de l’activité physique, et les plantes que nous allons voir aujourd’hui vont pour certaines agir sur cette sphère circulatoire.
Et n’oublions pas, pour finir cette mise en bouche, nos précieux anti-oxydants qui vont jouer de même sur la circulation et le vieillissement en lui-même. Là aussi, nous sélectionnerons les plantes qui en contiennent en quantité importante.

En conséquence, si vous avez envie de redonner un peu de tonus à votre mémoire, les aliments qu’il vous faudra privilégier sont les suivants :

  • Les graines germées, notamment le germe de blé
  • Les amandes, le soja en grains, les céréales complètes (pour le magnésium, mais aussi les lécithines et glucides lents)
  • Les Oméga 3 que l’on trouve comme on l’a dit dans certaines huiles mais aussi les poissons gras
  • Les vitamines du groupe B, présentes dans les crudités, les fruits, les céréales complètes, le foie.

Au niveau des plantes, commençons tout d’abord par le Gingko, qui est LA plante phare de la circulation cérébrale, pour une bonne oxygénation du cerveau et une mémoire stimulée. Il améliore légèrement les fonctions cognitives et pourrait se montrer efficace dans les premiers stades d’Alzheimer. Très riche en anti-oxydants, c’est aussi une plante de l’anti-âge. Il est d’ailleurs lui-même célèbre pour son extrême longévité.

La Petite Pervenche quant à elle est à prendre en association avec le Gingko car c’est un très bon régulateur de la circulation artériolaire (dilate les petites artères), avec une action spécifique sur l’oxygénation et la circulation cérébrale. C’est aussi un hypotenseur. Pour la petite histoire, on disait que les femmes enceintes qui portaient une branche de pervenche autour de leur cuisse évitaient tout risque d’avortement. Plus largement, la pervenche est utile contre les risques d’hémorragie. C’est aussi un antigalactogène.

L’Eleuthérocoque est une plante adaptogène (elle aide le corps à faire face au stress qu’il soit physique ou psychique) qui exerce une action régulatrice sur les organes et fonctions physiologiques de l’organisme. Elle agit notamment les surrénales qui sécrètent différentes hormones impliquées entre autres dans la gestion du stress. Elle est tonifiante et fortifianten recommandée en cas de fatigue, faiblesse, concentration, convalescence

Le Thé Vert est diurétique, antioxydant et possède un rôle préventif dans les cancers. C’est un thé léger à privilégier notamment dans l’après-midi.
Autre boisson à priviliégier en cas de troubles de mémoire : le Rooibosqu’on appelle aussi « thé rouge » bien que ce ne soit pas un thé à proprement parler. Ses feuilles sont rouges du fait de la fermentation. Il est tombé dans l’oubli pendant 300 ans et revient aujourd’hui sur le devant de la scène notamment pour ses propriétés anti-oxydantes. Il y en a moins que dans le thé, mais avec plus de variété. Il contient notamment de l’aspalatine, retrouvé jusqu’à présent dans aucun autre végétal. Le Rooibos calme les infections intestinales des enfants. Il stimule l’immunité. Il s’utilise comme le thé mais a en plus la particularité d’être très pauvre en caféine et théine et de ne pas nuire à l’assimilation du fer.

Enfin la Myrtille est l’un des fruits possédant le plus de pouvoirs anti-oxydants. Elle agit en prévention contre le stress oxydatif, les cancers, la sénilité et le vieillissement général. A consommer mûre sur le pied mais aussi en confiture et gelée.